L’actualité et l’histoire sur les étiquettes de fromages français

Les boîtes de fromages, puis les étiquettes collées sur ces boîtes, apparaissent à la fin des années 1880, en particulier pour le camembert et d’autres fromages normands, selon une histoire bien contée par exemple par Pierre Boisard dans Le camembert, mythe français (1).

Agnès Sorel, maîtresse de Charles VII

Le camembert, mythe français

Le camembert, mythe français

 Le même chercheur a étudié le camembert de la République dans La République et ses symboles. Un territoire de signes (2013).

1904, le camembert de la République

1904, le  Camembert de la République

(2 et 3). Cette marque de fromage avait été déposée dès 1904 (4). Certes la variété des étiquettes s’estompe avec la progressive domination du marché du fromage français par les « trois B »,Besnier (devenu Lactalis) avec sa gamme « Président »,Camembert « Président », créé en 1968, un exemplaire en fut offert à Edouard Balladur, candidat aux élections présidentielles en 1995Fromagerie Bel lancée en 1968, Bongrain, avec le « Coeur de Lion », et Bel.
bernard-richard3

Nous aborderons donc essentiellement les étiquettes des fromageries artisanales ou de petite taille à la fin du XIXe siècle et durant la première moitié du XXe. Par ailleurs, écartant vaches, moines, fermières, fermes, moulins et abbayes, nous ne traitons (et collectionnons le cas échéant) volontairement que deux cas, certes particuliers : les étiquettes consacrées à des événements de l’actualité du moment et celles qui présentent des personnages historiques et des monuments du patrimoine artistique. L’étiquette, collée sur la boîte de fromage, est un support publicitaire,une image utilisée pour le « marketing ». La première démarche ainsi engagée par les fromageries pour séduire la clientèle et vendre leurs produits, c’est d’utiliser l’actualité du moment pour illustrer leurs étiquettes. Si l’appellation « Camembert de la République » est déposée en 1904, c’est dès 1895 qu’apparaît, sur la boîte carrée d’un fromage dit le « Pavé Sigaut », la célébration de l’alliance franco-russe, avec l’image glorieuse du tsar Alexandre III, artisan du rapprochement, les drapeaux et le rappel des visites respectives des flottes de guerre à Toulon et Cronstadt (5).                                             Encore l’Exposition universelle de 1900

                                                                                Marianne accueille l’Exposition universelle de 1900

En 1900 apparaît le camembert « Le 1900 » célébrant l’exposition universelle de 1900, à Paris, avec une Marianne accueillante, sur fond de panorama parisien avec la tour Eiffel (création de 1889) et le Grand Palais (de 1900).
1
1. Pierre Boisard, Le camembert, mythe français, éditions Odile Jacob, 2007.
2. Pierre Boisard, « Le Camembert de la République », dans La République et ses symboles. Un territoire de signes, sous la direction de Gérard Monnier et Evelyne Cohen, Publications de la Sorbonne, 2013, pp. 381 à 384.
3. Encore dans La République et ses symboles, une communication de Maurice Agulhon consacrée à « La semeuse », pp. 41 à 46, dernière publication de ce grand historien décédé en 2014.
4. Pierre Boisard, « Le Camembert de la République », p. 381, image en noir et blanc, et Raymond
Humbert, Images du Roi Camembert, éditions hier et demain, 1978, p. 79, en couleurs et en grand format.
5. Daniel Bordet et autres, Questions d’étiquettes : mille et une étiquettes de 1830 à nos jours, Paris, Adam Biro, 2002 (catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque Forney, octobre-décembre 2002), p. 157.
L’actualité et l’histoire de France
vues par les étiquettes de fromages
par Bernard Richard

On retrouve plusieurs autres Mariannes à bonnet phrygien, sous la forme de la semeuse ou non (6)Camembert La Marianne, et même une étiquette mal orthographiée « Mariane » sur un fromage aquitain de  Fougerolles (Lot-et-Garonne), du

Fromage "Mariane" (sic)

Fromage « Mariane » (sic)

« Camembert de la République » au « Mariane »,  et à « La Marianne » (de Picardie), nous sommes soit en présence de producteurs républicains à clientèle républicaine (Lot-et-Garonne, vieille terre radicale), soit, en Basse Normandie, dans une terre conservatrice et catholique dont les producteurs cherchent à séduire un public urbain, parisien en particulier, aux idées plus avancées, franchement républicaines. Ajoutons une Marianne de plâtre couverte d’étiquettes.buste camembert

Le Livarot La Semeuse, Vimoutiers

Vient ensuite la Grande Guerre, très présente sur les étiquettes de camembert : le « Camembert du Poilu », celui « des Alliés », de « Joffre, le meilleur camembert »Joffre; le meilleur (camembert), de « L’ami des Poilus »cam l'ami des poilus et « Le Poilu d’Argonne », le « Camembert du souvenir » avec l’image d’une fermière offrant un bouquet tricolore à une Alsacienne, le « Camembert National » avec l’image d’un soldat allemand juché sur un âne et recevant un coup de botte,

Camembert National

  Camembert National

Le Poilu

      Le Poilu

« Le  bon fromage du troupier », « Le Poilu », puis le camembert de « L’invalo, éclopé mais tout de même un peu là »,

Soldats alliés d’Italie, France, Russie, AngleterreLes Alliés, italiens, russes, anglais.

              

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6. une semeuse sur le Livarot offert par la fermière à sa fille (carte postale de la collection Jakovky reproduite dans Le livre de l’amateur de fromages, de Raymond Lindon, éditions Robert Laffont, 1961, p. 47) ; le « Camembert La Marianne, fabriqué en Picardie », le véritable Livarot « La Semeuse » fabriqué à Vimoutiers (Orne, chef-lieu du canton dans lequel est située la commune de  Camembert), deux étiquettes  de la collection de Pierre Bonte. sur divers sites internet, on trouve encore bien d’autres étiquettes à la « semeuse » de Roty, avec ou sans bonnet phrygien, cette allégorie très appréciée ayant été à l’origine une Agriculture « en cheveux », cheveux au vent, semant du blé et pas le Progrès.
Ill. 2 : « Mariane » (sic). Sur fond d’Hôtel des Invalides 7.

L’étiquette d’un camembert de Normandie représente une Alsacienne à coiffe caractéristique et sur fond de montagnes, les Vosges ?

L’Alsacienne, avec les Vosges au fond

L’Alsacienne, avec les Vosges au fond

                     

La forte présence de la guerre correspond précisément à la percée nationale du camembert, fromage fourni aux troupes et qui, compte tenu de la très forte demande, est désormais produit dans pratiquement toute la moitié nord du pays, partout où la production laitière est abondante (8). Et même en Suisse !

camembert de Suisse

                       Camembert de Suisse

En 1919, l’étiquette d’un camembert de Normandie célèbre la victoire par une allégorie féminine de la France brandissant un flambeau du Progrès sur fond de drapeaux tricolores et du globe terrestre : c’est « la France reine du monde ».

La Paix française sur la Terre, vers 1919-20 ?

La Paix française sur la Terre, vers 1919-20 ?

3

7. Raymond Humbert, Images du Roi Camembert, éditions hier et demain, 1978, pp. 82 et 83, et Questions d’étiquettes, p. 159.
8. Pierre Boisard consacre un chapitre complet de son ouvrage à ce phénomène de diffusion de la production – et de la consommation – du camembert qui devient alors le fromage français par excellence.

4
9. Images du Roi Camembert, p. 169.
10. Images du Roi Camembert, pp. 179 et 181.
Dans le même type d’exaltation patriotique, le glorieux coq tricolore d’un « Petit Livarot fabriqué dans le Pays d’Auge » est accompagné de branches de laurier

Le coq tricolore

  Le coq tricolore

. La reconnaissance envers les tirailleurs sénégalais, des artisans de la victoire, donne, pour un « Camembert fabriqué dans le Berry » une étiquette où figure le tirailleur sur fond de palmeraie avec l’expression « Ya bon » (9). Faut-il considérer comme de la même époque de l’immédiate après-guerre un « Camembert extra-fin fabriqué dans le Maine » dont la fermière souffle sur une fleur de pissenlit (comme la fameuse semeuse « à tout vent » de l’emblème de Larousse, oeuvre de l’artiste suisse Eugène Grasset) tout en proclamant : « J’envoie partout mes bons camemberts » ?Larousse Grasset 5
Les éditions Larousse auraient pu porter plainte pour cette flagrante imitation. quelques années plus tard, avec la populaire exposition coloniale de 1931 qui attire les foules parisiennes et provinciales, voici le « Camembert les Négrillons »

Les Négrillons, en 1931

Les Négrillons, en 1931

 – mais peut-on l’évoquer ainsi aujourd’hui ? – fabriqué en Lorraine, terre du maréchal Lyautey,camembert Le Caïd
commissai

re de l’exposition, ainsi que le « Camembert surchoix Le Caïd » (caïd marocain amené là par Lyautey ?), fabriqué dans la Marche. deux motifs très populaires suivent : un « Camembert Le Négus » et un « Pont-L’évêque Île de France » avec ce paquebot sur fond de drapeau tricolore.

Le Négus en 1935

Le Négus, en 1935

 Chassé de son empire d’Ethiopie en 1935 par les troupes de Mussolini, le Négus Haïlé Sélassié plaida avec éloquence auprès de la Société des Nations et bénéficia de la sympathie générale des Français,
sympathie dont chercha à profiter un fromager. dans la même période, le paquebot « Île de France », qui a plusieurs fois dévié de sa route Le Havre New-York pour secourir des naufragés (on l’appelle pour ce fait « le saint-Bernard de l’Atlantique ») bénéficie d’une égale et profitable popularité.

L'Île-de-France sur fond tricolore

             L’Île-de-France sur fond tricolore

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous l’Occupation, après la rencontre Hitler-Pétain à Montoire (octobre 1940, Pétain engage alors  la France « dans la voie de la collaboration »), voici un camembert « Montoire », le fond de l’image représentant une carte de France avec la zone occupée, en orange, et la zone « nono » (non occupée), en jaune.

Montoire

                             Montoire

Après la guerre, voici « L’Atomic, fromage à pâte molle fabriqué dans le Calvados »

La bombe atomique

, qui célèbre l’essai nucléaire américain sur l’atoll de Bikini en 1946. Plus tard vient « Spoutnik, le fromage de l’avenir »

Camembert « Président », créé en 1968, un exemplaire en fut offert à Edouard Balladur, candidat aux élections présidentielles en 1995

(rond dans la Mayenne, carré dans les Charentes, 1956), « L’Explorateur » par les fromageries du Petit Morin (Seine-et-Marne) où figure une fusée filant vers la Lune et même le fromage « Soucoupe Volante » 10.

L'explorateur

          L’explorateur

Soucoupe volante

Soucoupe volante, camembert pasteurisé

Enfin le bicentenaire de 1789 est lui aussi célébré par le « Camembert de Paris. Bicentenaire, Paris, 1989 », sur fond de tour Eiffel.

Camembert du Bicentenaire de 1789

 Camembert du Bicentenaire de 1789

Comme nous l’avons souligné, la concentration de la production sur les « trois B » épuise, semble-t-il, la création d’images liées à l’actualité. il en est de même pour les étiquettes fêtant le passé et son prestige fait de grands hommes et de monuments fameux.
Le passé, source de prestige, et donc de séduction de la clientèle, figure tout d’abord avec la célébration de l’origine légendaire du camembert, cette prétendue invention de Marie Harel reprenant la recette briarde d’un prêtre réfractaire que cette fermière normande aurait caché en 1791 : belle légende pour public contre-révolutionnaire, invention de l’invention.Camembert Marie Harel

Marie Harel, légendaire inventrice du camembert
5
11. Légende détruite grâce à l’érudition de Pierre Boisard dans Le Camembert, mythe français. dans le même ouvrage il démonte également une autre légende, celle de l’entrevue qu’aurait accordée Napoléon III au haras du Pin à Victor Paynel, petit-fils de Marie Harel. Cette dernière fable est pourtant encore fréquemment reprise, par exemple dans la bande dessinée de Gérard Roger et Marc Lalevée, La fabuleuse histoire du camembert, éditions Normandie Plus, de Vimoutiers, 1991, une commande de l’entreprise Besnier destinée aux distributeurs des productions de ce premier fromager de France.
Ill. 12, 13 et 14 : « L’Atomic », « Camembert de Paris. Bicentenaire, Paris, 1989 » et « Camembert de Normandie Marie Harel« .
Ill. 15 et 16 :  » Le Conquérant Pont L’Évêque fermier » et « Le Bayeux ».
dans l’ordre chronologique des représentations, la première image serait celle du « véritable saint-nectaire fermier » appelé « L’Arvernois », avec Gaulois moustachu à nattes blondes et casque à cornes sur fond de volcan d’Auvergne 12

L'Arvernois

L’Arvernois

. Pour le camembert et les autres fromages normands, l’histoire commence évidemment avec le duc de Normandie Guillaume le Conquérant, très présent sur plusieurs fromages normands ;

Le Conquérant

Le Conquérant

Un autre "Conquérant"

Un autre « Conquérant » ;

il est par exemple représenté à cheval, sur « Le Conquérant, Pont L’Evêque fermier » de La Brévière, Calvados ;

La reine Mathilde

La reine Mathilde

son épouse la reine Mathilde est également fêtée (14), de même que sa tapisserie, tapisserie mieux qualifiée de « broderie de Bayeux ». des extraits de cette longue «bande dessinée » figurent sur « Le Bayeux », camembert de la région d’Isigny, sur le « Viking » de Roger Lanquetot et fils, camembert fabriqué en Ille-et-Vilaine donc breton comme l’indique d’ailleurs l’écusson aux hermines qui l’orne, ou encore sur le « Camembert surfin du Prieuré du Gué aux Moines » (commune de Paimpont, Ille-et-Vilaine) illustré d’un drakkar.

6
12. Images du Roi Camembert, p. 62.
13. Images du Roi Camembert, p. 27
14. Images du Roi Camembert, p. 63 avec le « Camembert de la reine Mathilde », « Reine de Normandie en l’an 1060 » ajoute indûment le texte de l’étiquette.

Bien des rois suivent, avec en particulier les plus aimés comme saint Louis, François Ier (un camembert de Charente pour cet ancien duc d’Angoulême) et le chevalier Bayard (15) et surtout Henri IV, sous diverses appellations telles que « Le Galant », « Le Vert Galant » ou « Le Henry IV » avec une orthographe archaïsante qui fleure bon la nostalgie du passé monarchique 16.

Le chevalier Bayard

  Le chevalier Bayard

Le Vert Galant

Le Vert Galant

Ajoutons une ou deux « Diane de Poitiers », la    maîtresse d’Henri II.Camembert Diane de Poitiers, 2

Diane de Poitiers

  Diane de Poitiers

Le lieu de naissance d’un grand homme où la   toponymie du lieu peut
expliquer l’appellation choisie : né à La Haye (Indre-et-Loire,  La Haye-Descartes début XIXe et  Descartes depuis 1967), Descartes illustre l’étiquette d’un camembert produit dans les environs de cette commune tandis qu’un camembert de Condé-sur- Noireau s’appelle curieusement « Grand Condé », avec écusson à fleur de lys pour prince Bourbon, alors que ce personnage était en fait prince de Condé-sur-Escaut…

Descartes, né à ... Descartes

Descartes, né à … Descartes (La Haye au XVIIe siècle)

cam Grand Condé

Deux personnages historiques l’emportent nettement sur les autres par le nombre des étiquettes, donc par leur glorieuse réputation, Jeanne d’Arc et Napoléon, d’autant que les anglais, consommateurs avertis de fromages français et dont les ancêtres ont vaincu l’une et l’autre, les apprécient particulièrement. cam St GeorgesCertes ces anglais doivent également goûter le « Saint-Georges, Camembert fabriqué en Normandie » puisqu’il célèbre leur saint patron, celui qui terrassa le dragon dont le sang donna sa couleur au drapeau et à l’uniforme de leurs soldats.

7
15. « Le roi Charentais » (Questions d’étiquettes, p. 160) et son compagnon le chevalier Bayard l’accompagne ailleurs sous l’appellation de « Le Bayard » ou de «Le sans reproche » (Images du Roi Camembert, p. 65).
16. Questions d’étiquettes, p. 156, et Images du Roi Camembert, p. 68 (Henri IV, mais aussi son ministre Sully).

Jeanne d’Arc peut figurer en bergère dep13(17), mais plus souvent en guerrière à cheval, sur un Coulommiers de la Grande Jehanne », dans l’Aube, ou sur un « Carré fabriqué dans le Cher », sur un camembert pour clientèle anglophone, 18 ou encore sur un camembert du Berry produit par la « Laiterie Jeanne d’Arc » à Mehun-sur-Yèvre, Cher.

 Jeanne d'Arc à Mehun.

Il se trouve que cette commune, visitée par la sainte fin 1429-début 1430, avait été ornée en 1901 d’une statue de l’héroïne, en métal bronzé, qui fut fondue début 1944 par l’Etat français de Vichy pour fourniture du métal à  l’industrie allemande de l’armement.Statue de Jeanne d'Arc fondue début 1944 par Vichy              Étiquette-souvenirDe la même façon, Dumont d’Urville de bronze, fondu en 1942 pour les mêmes raisons survit par un camembert…

19. 8
17. Images du Roi Camembert, pp. 66-67, en carré de l’Est de Maxey-sur-Meuse (Vosges) ou en camembert des Ardennes.
18. Questions d’étiquettes, p. 155
19. Kirrily Freeman, Bronzes for Bullets. Vichy and the Destruction of French Public Statuary. 1941-1944, Stanford, California, Stanford University Press, 2009, p. 69. C’est, avec celles de Langres, de Nancy et de
Regnonas (Bouches-du-Rhône) une des quatre statues de Jeanne d’Arc détruites par Vichy qui proclamait au même moment sa vénération de « la sainte brûlée par l’Angleterre, notre ennemie héréditaire ». Ce n’est qu’en 1982 qu’une nouvelle statue, cette fois en pierre, vint remplacer la disparue place du Château, mais l’étiquette de camembert l’y précéda.
Ill. 25 et 26 : Laiterie Jeanne d’Arc et CPA Mehun-sur-Yèvre Statue de Jeanne d’Arc.
L’étiquette du camembert de Mehun apparaît comme une première réparation du « sacrilège » de janvier 1944. dans le sillage de la sainte de la Patrie, voici une étiquette « Charles VII »
et une « Agnés Sorel », la maîtresse de ce roi, deux camemberts fabriqués à Verneuil-sur-Indre (Indre-et-Loire), près de Loches où est enterrée cette belle dame : le lieu entraîne l’image.

Agnès Sorel, maîtresse de Charles VII

Agnès Sorel, maîtresse de Charles VII

                                 camembert Charles VII

Le ministre des finances Jacques Cœur

Charles VII, son ministre Jacques Cœur 

Napoléon est lui aussi très largement utilisé, ou servi. Le « Camembert Napoléon, Le Petit Caporal » (coiffé de son fameux chapeau)

Le petit caporal

         Le petit caporal

est libellé largement en anglais et produit en Normandie, Calvados, pour E. Rowley & Co Ltd London.Combien de Napoléon ? Il peut aussi prêter son visage à un carré de l’Est fabriqué en Champagne et appelé « Le Briennois », puisqu’il avait étudié à l’école militaire de Brienne-le-Château 20. Il bénéficie de bien d’autres étiquettes 21.
9
20. Questions d’étiquettes, p. 157.
21. Images du Roi Camembert, pp. 72-73, trois étiquettes à son image, et p. 74, une autre ornée de l’aigle emblématique.
Ill. 27 et 28 : Charles VII et Agnés Sorel (sic).
Ill. 29 : Camembert Napoléon.
Parmi les monuments prestigieux figurant sur des étiquettes, plusieurs sont en lien direct ou indirect avec l’empereur : « Notre-Dame, French Camembert » où eut lieu le sacre, l’« Arc de triomphe » construit à la gloire des armées de la Révolution et de l’Empire, ouCamembert Les Invalides, 3« Les Invalides » où il repose depuis 1840.

Un personnage attendu ne figure qu’indirectement, le général de Gaulle. seul existe, à notre connaissance, le « Camembert fabriqué en Lorraine » 140 (1)orné d’une croix de Lorraine assortie d’un chardon et d’épis de blé. Certes le chardon est la fleur symbolique de la Lorraine et n’est jamais associée à la croix de Lorraine de la France libre et des fidèles du général. il reste que ce camembert à croix de Lorraine se vend à Colombey-les- deux-Eglises, au milieu de la bimbeloterie mémorielle proposée aux pèlerins et touristes…
10
Ill. 30 et 31 : « Notre Dame French Camembert » et « Les Invalides ».
Ill. 32 : « Camembert fabriqué en Lorraine ».
Bien d’autres monuments sont utilisés comme des châteaux de la Loire, « Onzain Chambord » (ill. 33), pour un Coulommiers, Amboise 22, Chenonceau uni à la silhouette de Diane de Poitiers, Valançay pour des fromages de chèvre, etc. Bien sûr la tour Eiffel est là, par exemple avec un camembert « sélection Export » à inscriptions en français, anglais et allemand (ill. 34). d’autres monuments, moins fameux, figurent souvent pour localiser le lieu de production, comme « Le Notre Dame du Mont Dol » pour un petit « Camembert extra-fin » (ill. 35), local, en Ille-et-Vilaine.
Parmi les personnages relevant du passé ou de l’actualité dominent Jeanne d’Arc et Napoléon ; nous pouvons encore ajouter, un cran au-dessous sans doute, trois figures prestigieuses : Guillaume le Conquérant, Marianne et le Poilu de la Grande Guerre, chacune pour des raisons propres.
11
22. Images du Roi Camembert, pp. 100 et 102.
Ill. 35 : Le Notre Dame du Mont Dol.
Ill. 33 et 34 : « Onzain Chambord » et « Sélection Export ».
Est-il regrettable ou heureux pour les collectionneurs – en l’occurrence les « tyrosémiophiles » – que la variété des sujets se tarisse depuis quelques décennies sous l’effet de la concentration des entreprises et de la banalisation des étiquettes ? En l’occurrence, la raréfaction des objets à acquérir fait la valeur des collections, et leur prix.

Bibliographie
– Pierre Boisard, Le camembert, mythe français, éditions Odile Jacob, 2007.
– Pierre Boisard, « Le Camembert de la République », dans La République et ses symboles. Un territoire de signes, sous la direction de Gérard Monnier et Evelyne Cohen, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 381 à 384.
– Raymond Humbert, Images du Roi Camembert, éditions Hier et Demain, 1978 (toujours disponible à 40 € au Musée rural des arts populaires, 89110 Laduz)
– Daniel Bordet et autres, Questions d’étiquettes : mille et une étiquettes de 1830 à nos jours, Paris, Adam Biro, 2002 (catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque Forney, octobre-décembre 2002), p. 157.
– Gérard Roger et Marc Lalevée, La fabuleuse histoire du camembert, Vimoutiers, (Orne) : Normandie Plus, 1991.
– Raymond Lindon, Le livre de l’amateur de fromages, éditions Robert Laffont, 1961.
– Bernard Richard : sur le site www.bernard-richard-histoire.com, à la sous-rubrique république et religion, deux articles complémentaires du thème ici traité, « histoire, politique et… camembert » et « Le Camembert de la République et la Semeuse d’Oscar Roty » (également publié en espagnol dans le n° 15 de la revue Cátedra de Artes, université catholique du Chili, et sur http://catedradeartes.uc.cl/pdf/catedra%2015/ Bernard%20richard.pdf, site de la Faculté des arts de cette université chilienne.

Illustrations
Les illustrations proviennent de la collection personnelle de l’auteur.
12

Un député-agriculteur de l’Yonne à la Belle Epoque