Une renaissance : le Musée d’art et d’histoire de Puisaye à Villiers-Saint-Benoît

Voici que rouvre ce « musée municipal », héritier du « Foyer villérois » fondé en 1929 dans sa demeure par Georges Moreau (1853-1934), un centralien ami des arts et neveu du premier associé de Pierre Larousse, Augustin Boyer (on ne reprendra pas ici l’histoire foisonnante de la prestigieuse maison d’édition, création de familles issues des bords de l’Ouanne, les Larousse et les Hollier de Toucy, les Boyer et les Moreau de Villiers-Saint-Benoît, les Gillon de Châteaurenard, unis par les liens du sang ou par intermariage).

renaissance2A l’origine, on peut le comparer aux « musées cantonaux » qui se multiplient dans le département fin XIXe pour l’éducation scientifique, artistique et civique des populations rurales. Georges Moreau, auteur du croquis qui aurait servi de base à la célèbre Semeuse du Larousse, à l’ombelle de fleur de pissenlit, lègue donc, ses collections à son village, collections depuis constamment enrichies (3000 objets dont plus de mille céramiques et grès). Avec le soutien du Conseil général, il devient en 1997 Musée d’Art et d’Histoire de Puisaye ; en 2002 il reçoit l’appellation « Musée de France » et à partir de 2004, une nouvelle muséographie, une vaste extension, un conservateur spécifique… Ses collections restent axées d’abord sur la céramique de la Puisaye, avec une ouverture sur la faïence révolutionnaire et sur les créations d’aujourd’hui ; comme il est hébergé à l’origine dans une belle demeure poyaudine ancienne, il s’ouvre aussi sur les objets et le mobilier du XIXe siècle tandis que sa  bibliothèque est riche en histoire et techniques locales.

Municipal mais confié à la responsabilité scientifique de l’Etat (Direction des Musées de France), il est soutenu par la Société des amis du Musée d’art régional de Villiers-Saint-Benoît (fondée en 1976, aujourd’hui près de deux cents adhérents) qui reçoit des donations, enrichit les collections, organise visites, voyages et conférences. Son action – comme le musée lui-même – est présentée dans une brochure illustrée de 16 pages, disponible sur demande.

Tant par la qualité de sa rénovation muséographique que par ses collections, le Musée d’Art et d’Histoire de Puisaye mérite vraiment votre visite.

BR.

Allocution de M. Jean-Claude JACQ à l’occasion de la remise du JOIGNY D’OR 2007

Article suivant »

Vendanges de bronze dans l’Yonne sous l’Occupation