yonne-2nd-guerre

Un département dans la guerre, 1939-1945. Occupation, collaboration et résistance dans l’Yonne

Claude Delasselle, Joël Drogland, Thierry Roblin et Jean Rolley, Un département dans la guerre, 1939-1945. Occupation, collaboration et résistance dans l’Yonne, Association ARORY, éd. Tirésias, Paris, 2006, coll.  Les Oubliés de l’Histoire.

Voici enfin la solide synthèse livrée par l’équipe d’enseignants du secondaire qui travaillait dans le département depuis des décennies, appuyée par le Comité d’histoire de la seconde guerre mondiale, devenu en 1980 l’Institut d’histoire du temps présent, un centre de recherches formé de disciples des meilleurs contemporanéistes français, en particulier René Rémond et  François Bédarida. Le présent ouvrage est issu des recherches publiées dans la revue ARORY (Association pour la Recherche sur l’occupation et la Résistance dans l’Yonne) depuis 1977.

Auparavant, pour connaître la résistance locale, nous disposions essentiellement de deux mémoires vivantes : la mémoire communiste, entretenue en particulier par Robert Bailly, ancien résistant communiste, et la mémoire du Groupe Bayard, très différente mais tout aussi fervente.

Les œuvres de l’ancien résistant Robert Bailly furent  longtemps considérées comme la vulgate, la « vérité vraie » sur la Résistance dans l’Yonne, depuis Les Feuilles tombèrent en avril (1977) jusqu’au volumineux « Si la Résistance m’était contée… » (1990), qui se révèle aujourd’hui tenir parfois plus du conte que de l’histoire. Le PCF y est présenté comme l’initiateur (à partir d’une réunion clandestine  tenue à Auxerre par des membres du parti le 1er septembre 1939) et le moteur de cette Résistance,  tandis que l’action de mouvements issus d’autres courants de pensée était plutôt sous-estimée.

Jean Moreau Pétain 1

               Le maire d’Auxerre Jean Moreau reçu par le maréchal                                       (archives municipales d’Auxerre)

À Joigny même et pour le Jovinien, l’Amicale Bayard et son musée (créé en 1945 et rénové en 1995) ont maintenu fidèlement une autre mémoire, celle particulière (faut-il dire particulariste ?) du mouvement créé par Paul Herbin, officier en retraite, très instinctivement patriote, avec sa famille et ses amis proches qui, tout comme lui,  avaient refusé spontanément, viscéralement, d’accepter la défaite comme définitive. Un ethnologue universitaire, Jean-Yves Boursier, appelé pour aider à la rénovation du  musée, a  publié en 1993 un intéressant ouvrage (La Résistance dans le Jovinien et le groupe Bayard, mémoire et engagement) fondé surtout sur les témoignages des survivants, interrogés comme seul sait le faire un ethnologue.

Deux versants de la Résistance, vus chacun à travers le prisme de la mémoire, à travers le devoir de mémoire, plutôt qu’à l’aide de la méthode historique.

L’équipe de l’ARORY  utilise elle aussi les témoignages, mais considérés comme matériau brut, pas comme histoire ; elle y ajoute les archives, la presse, tous les recoupements utiles, ainsi que la connaissance des problématiques plus vastes, nationales, et tous les apports de la recherche dans d’autres secteurs géographiques, etc.

Certes l’action de ce groupe de chercheurs est délicate. Ces historiens ont la chance de pouvoir rencontrer les acteurs du drame (quel historien du Grand Siècle n’a pas rêvé d’« interviewer » le Roi-soleil ou Saint-Simon ?), mais ceux-ci croient tenir la « vérité vraie » (alors qu’en fait, comme on l’a dit, « les hommes font l’histoire, mais ils ne savent pas l’histoire qu’ils font ») et acceptent mal l’éclairage donné à leurs actions par la connaissance historique qui avance, se rapproche au mieux des réalités de l’époque vécue par les témoins.

Nous ne détaillerons pas ici un ouvrage de plus de 750 pages, mais dirons combien cette vaste synthèse est riche d’une approche nuancée, avec des chapitres très riches et tout en finesse d’analyse sur les motivations des engagements résistants, sur l’attitude des autorités françaises sous l’Occupation, sur l’épuration dans le département, etc.

B. Richard (pour L’Echo de Joigny, 2007)

Le Ru et les Étangs Saint-Ange – Bernard Labesse

Article suivant »

Album de famille des Seigneurs de Guerchy, 1392-1873 – Guy de Haut de Sigy