Album de famille des Seigneurs de Guerchy, 1392-1873 – Guy de Haut de Sigy

Guy de Haut de Sigy : Album de famille des  Seigneurs de Guerchy, 1392-1873, édition Association des Amis du Patrimoine de Guerchy, 2007, accessible à la Mairie de Guerchy.

 Voici, en une cinquantaine de pages de grand format et richement illustrées, une plaquette qui fixe heureusement, depuis ses origines jusqu’à sa fin, l’histoire des Régnier de Guerchy et, par là, un peu aussi celle du village de Guerchy.  Onze générations porteuses de  quelques personnages remarquables ou pittoresques :

Le premier, Jehan Régnier (1392-vers 1470), poète et bailli royal d’Auxerre, acquiert la seigneurie de Guerchy en 1441 puis, vers 1450, marie sa fille et unique héritière Marie à son homonyme (et peut-être lointain cousin) Jehan Régnier seigneur de Vauvrailles et du Deffend de Saint-Pourçain, un Auvergnat ; au XVIIe, voici une Claude, « la Belle Guerchy » (vers 1624-1660), jamais mariée mais couverte d’amants illustres (l’auteur, prudent, n’en identifie que sept mais la voit mourir d’un avortement manqué) ; au XVIIIe, voici Claude-Louis,« l’Ambassadeur » (1715-1767), militaire puis diplomate, illustre en partie grâce à tout le mal qu’en écrivit son adversaire à l’Ambassade de France à Londres, le chevalier d’Éon, agent secret de Louis XV ; enfin Anne-Louis (1755-1806), noble libéral, franc-maçon, aussi entreprenant dans l’industrie textile qu’il développe à Nangis qu’en matière politique : il prône dès après le 4 août 1789 la suppression des moines (« ces parasites de l’église ») et  même celle du célibat des prêtres, et envisage la nationalisation des biens du clergé ;  l’agronome Arthur Young, reçu chez lui en juin-juillet 1789, parle de « cent idées également absurdes et impraticables !»

On découvre ensuite un fils d’Anne-Louis amoureux du théâtre et des petites actrices, et architecte du théâtre du Palais-Royal, et un second qui serait retourné à Guerchy pour y « soigner ses maux fruits de sa débauche » ; ce sont finalement deux filles d’Anne-Louis qui, par mariage de leurs enfants respectifs, aboutiront à la famille Haut de Sigy, et, par là, à l’auteur de cette plaquette qui préfère souvent une vérité éventuellement gênante à la pieuse légende familiale.

B. Richard.

Un département dans la guerre, 1939-1945. Occupation, collaboration et résistance dans l’Yonne

Article suivant »

Chroniques Migennoises – Georges Ribeill